Dimanche 21 Septembre : 

Lever à huit heures moins le quart avec le réveil. La gueule un peu dans le pâté avec moins de quatre heures de sommeil. Je me prépare une cafetière moka et déjeune tranquillement. Je file ensuite à la douche pour essayer de me réveiller.

Je boucle ensuite mon sac et fais des allers-retours jusqu'à la moto pour charger. Vers 9h je laisse un mot à Jimmy le remerciant et pars vers le terminal de ferry pour la Corse. J'arrive vers 9h10 et attends l'embarquement.

Une fois la moto chargée je monte sur le pont supérieur, le casque avec la musique sur les oreilles et je prends quelques photos au départ, à l'heure, du ferry.

     IMGP0303

 

Au revoir ma belle Sardaigne, que j'aurais parcouru de long en large pour une boucle bouclée hier de 2240 km au volant de ma vaillante Gladius...tes virages vont me manquer.

     IMGP0314

Je change ensuite de pont et vais me mettre dans un fauteuil, dans le sens de la marche, et ferme un peu les yeux essayant de finir ma nuit, bercé par la musique.

     IMGP0328

Arrivée à l'heure prévue. Je me dirige vers la pointe de Spérone, près du point le plus au sud de la Corse. Ici, en face des îles Lavezzi, la mer ressemble à celle autour des îles de la Madeleine, eaux turquoise et sable fin. C'est déjà la fin de saison ici, le café sur la plage est déjà fermé. Je me pose à une de ses tables et appelle p la maison puis ma mère pour dire que je suis bien arrivé en Corse. Je feuillette un Nice Matin, édition Corse, laissé là par quelqu'un ce matin et du coup reste une bonne heure à me reposer un peu.

     IMGP0330

Je reprends la route vers midi, m'arrête faire le plein dans une station et pars vers Porto Vecchio (Portu Vechju en langue Corse). Je me gare près du centre de la vieille ville et monte me poser à la terrasse d'un bar. Je commande une Pietra, bière corse à la châtaigne, et attaque de rédiger ma longue journée d'hier.

Je me fais aussi mon casse-croûte avec mon pain au sésame et mon fromage sarde. Je finis par un café et me rapproche du bar car de l'extérieur la wifi ne passe pas. Je finis de publier en ajoutant les photos et repars vers 16h après une belle pause de trois heures.

J'attaque la longue route de la plaine orientale m'arrêtant un peu avant Bastia pour faire une pause café car la fatigue avait fini par m'attraper. Je m'arrête une bonne demi-heure avec un double café pour relancer la machine. 

Je reprends la route et arrive au port de Bastia une vingtaine de minutes plus tard vers 18h30. Ma traversée est retardée d'une heure (j'avais eu un sms dans l'aprem pour m'en avertir). Je reprends la moto et m'arrête dans un supérette 7/7j et prends de quoi faire le petit déjeuner demain matin et un peu de lonzu, longe corse, pour mon sandwich de ce soir.

Je retourne au terminal de ferry et me pose dans un coin avec l'électricité pour recharger le portable et écrire mon blog, m'étant fait donner le code pour la wifi du port. Après avoir fini de raconter jusqu'ici,  je ressors un peu dehors, me pose sur une bouche d'aération en béton et me fais une petite collation, le dîner attendra d'être sur le bateau.

Je vois que pas mal de personnes se sont déjà engagées dans les files d'embarquement, je ne vois pas l'intêret sachant que le ferry a au moins une heure de retard et qu'une fois là-bas il n'y a rien pour s'asseoir. Je reste sur mon promontoire profitant de l'internet même ici à l'extérieur.

Il est bientôt l'heure pour l'enregistrement, ici va s'arrêter mon récit. La suite c'est préparation du sac, recherche d'un spot pour le début de soirée avec l'électricité puis d'un spot pour la nuitsi je veux dormir allongé sinon je pourrais toujours me rabattre sur le siège pullman que j'ai réservé.