Lundi 22 Septembre :

J'ai finalement dormi dans un coin près de l'entrée de la salle du self-service après m'être fait mon casse-croûte, le casque sur les oreilles pour couper du bruit ambiant, sur la moquette confortable du navire.

Je me suis réveillé quelques fois mais j'ai fait un bon trois heures d'un coup jusqu'à 6h30 du matin. Je me suis fait mon petit déjeuner commandant un double café et mangeant mes pains au lait avec de la confiture maison corse de pastèque aux citrons. 

On arrive finalement que 20 minutes en retard pour un retard initial de 1h45. Ils ont été un peu plus vite pendant la traversée. Ce qui est long c'est le débarquement, le navire étant plein à la gueule et du fait qu'il y ai plusieurs étages de véhicules. Au bout d'une demi-heure c'est bon, je suis de nouveau sur la route vers 8h.

Je traverse une partie de Toulon et attrape l'autoroute un peu plus loin direction Montpellier. J'ai décidé de faire par l'autoroute pour être rentré plus tôt et avoir un peu de temps pour me reposer. Le trajet se passe bien même si la partie Salon de Provence - Nîmes est particulièrement venteuse avec un fort mistral déplaçant la moto à plusieurs reprises.

J'arrive à Montrodat vers 13h30. J'ai la tête qui résonne pour un bon moment du au bruit du vent et j'ai même un peu mal aux cervicales à la zone de pression du casque. Je mange un morceau puis vient Raymond que j'avais croisé un peu plus tôt.

Je décharge mes affaires et décide d'aller à la campagne de don de sang à Marvejols car je ne pourrai le faire demain. Il y a pas mal d'attente et pour moi en plus pour rien car j'apprends avec déception par la dame médecin que sévit en Sardaigne une épidémie due au virus du Nil occidental et celui-ci n'est pas vérifié par les services qui analysent le sang avant de le mettre en poches.

Il faut donc un délai de 28 jours pour être sûr que le donneur n'ait pas été en contact avec ce virus. Je suis donc obligé de repartir sans donner et ne pourrais donner que deux fois cette année au lieu de trois comme j'avais prévu.

Je rentre à la maison et vais me faire une petite sieste. Plus tard je fais une petite beauté à ma machine qui a vaillamment fait ces 3420 km en quinze jours, sans broncher.

Ainsi se termine ce blog. Je vous dis à Janvier pour de nouvelles aventures.