Dimanche 7 Septembre : Lever vers 7h, sac toujours pas prêt...je suis pas encore parti! Je me mets à faire mon sac, descendre les courses et commence à charger les sacoches et le top-case. Avec toute mon efficacité j'arrive à décoller qu'à 8h30.

Je prends la direction de Charpal, je passe par là-bas avec de l'air frais dans le casque - il faisait 12°C à Montrodat - 7 ou 8°C par là-haut. Je fais une première tranche de Montrodat à Alba la Romaine, un peu au Sud d'Aubenas. J'ai mis 2h20, un peu mal assis car j'avais pas très bien sanglé mon sac de voyage.

Je m'arrête à la terrasse d'un café à l'ombre et me fais un petit goûter avec un grand café et un jus de fruits. D'autres motards arrivent, en couple, et se garent près de ma moto. J'ai plus de jambes, tellement j'ai eu du mal à descendre de la moto. 

         IMGP9120

         IMGP9122

Après avoir étendu mes jambes pendant 25mn je remonte tant bien que mal sur la moto, le sac un peu mieux sanglé, donc mieux assis. Je reprends la route vers 11h15 direction Nyons où j'arrive après 1h15 de route nationale assez large. 

Je m'y arrête pour manger à la terrasse d'un café. J'avais mes sandwiches de prêts, je me prends un bon verre de blanc et plus tard un café. Un peu plus haut il y a un jeune qui joue de la cornemuse sur la place pour gagner sa vie.

Après une bonne pause de 45 minutes je reprends la route en faisant un arrêt dans une station au bord de la route qui fait du SP95 normal pas E10. Je le paye un peu plus cher mais je m'en fous pour 10L ça fait pas unne grosse différence. 

        IMGP9127

La route de Nyons à Serres est magnifique, encaissée dans une vallée calcaire que l'on suit au long de la rivière. Je me dirige vers Saint-André des Alpes, une bonne tirée de 2h30 dont un petit bout d'autoroute vers Sisteron puis la vallée de la Durance, magnifique.

Dans Saint André c'est la fête et le village est réservé aux piétons. Je bois un coup à la terrasse d'un café tout en regardant une danse traditionnelle provençale faite par un groupe folklorique. Une petite pause de 20 minutes qui m'a permis encore de faire un peu fonctionner mes jambes qui sont dures. Je suis plus qu'à une centaine de kilomètres de Nice. J'ai un petit message pour me dire que la traversée aura une vingtaine de minutes de retard.

J'en aurais quand même pour un peu plus de 2h pour rejoindre le port, à descendre la vallée du Var. Je vois mon premier accident de motard à Villars du Var, assez sérieux, un automobiliste est sorti sur la droite sans voir le motard qui s'est encastré dans sa portière. Quand je suis passé la moto était encore couchée sur le flanc de la voiture, toute déformée et le motard était soigné au sol par les pompiers.

Je passe dans Saint Laurent du Var car une partie de la voie rapide a été fermée pour un tournage de film. Vu mon timing assez serré je ne m'arrête pas. Je termine par la promenade des anglais à une heure où il y a pas mal de circulation au lieu de prendre la voie rapide pour le Port.

       IMGP9132

Je suis à attendre le bateau vers 18h15, garé à côté des autres motards. J'appelle à la maison pour dire que je suis bien arrivé. J'en profite pour marcher un peu pour soulager mes jambes.

On embarque dans l'express de Corsica ferries un peu avant 19h. Les motos sont parquées sur le bord avec des sangles que l'on passe pour les arrimer. Je monte ensuite sur le pont ouvert et me pose pour manger après avoir fait quelques photos du soleil couchant avec au loin les gros nuages d'orage qui descendent des Alpes.

       IMGP9138

Je ne vois pas passer les quatre heures de traversée durant laquelle je me suis un peu reposé dans la salle du restaurant pendant une bonne heure de sieste. 

       IMGP9140

Une fois dans la soute à nouveau je détache ma moto et range mes affaires. J'envoie un message à Antoine pour lui dire qu'on débarque. Je prends la direction de Calvi afin de trouver la route de Corbara, sur la route des artisans et fini par trouver la maison d'Antoine Campana, artisan potier.

                      IMGP9145

Je suis accueilli par Antoine et Catherine, une des trois couchsurfeuses qu'il avait ce soir là. Il me souhaite la bienvenue avec quelques verres d'alcool de coing qu'un ami lui a offert. On papotte un peu tous les trois. Il fait encore chaud à minuit quand j'ataque de monter ma tente sous le murier platane dehors.

Je m'endors vers 1h du matin, des gouttes au front car la température a pas encore baissé.